top of page

Accoucher chez soi

Il y a quelques jours l'Accouchement Assisté à Domicile (AAD) a été mis en lumière par Laure Manaudou. En effet, elle et son compagnon Jérémy Frérot ont accueilli leur 2ème enfant chez eux accompagné d'une sage-femme.



Un peu d'histoire...

De tout temps, les femmes ont toujours donné naissance à leurs bébés à la maison accompagnées d'une matrone (femme expérimentée ayant déjà des enfants) et des femmes de la famille. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, et la découverte par Pasteur de la théorie microbienne, l’hôpital est considéré comme un mouroir. Seul les femmes les plus pauvres et isolées y accouchent. En effet, les médecins ne se souciant guère de l'hygiène, passent des autopsies aux accouchements sans se laver les mains et propagent les infections notamment la fièvre puerpérale qui tue jusqu'à 20% des jeunes mères. Jusqu'au XXe siècle, l'accouchement reste un acte risqué. En effet les conditions étaient sommaires et les femmes enchaînaient les grossesses. De plus les grossesses étaient peu (voir pas du tout) surveillées et les femmes n'étaient pas (ou très peu) renseignés sur la grossesse et l'accouchement.

C'est à partir de 1952 que la bascule s'effectue et même si le taux d'accouchement à domicile reste de 45%, la majorité des femmes choisissent d'accoucher à l'hôpital. Par la suite, la création de la sécurité sociale et de la PMI (Protection Maternel et Infantile) va amener le taux à 96% en 1974.

A partir de 1980, les différentes techniques d'accouchement sans douleur, notamment la péridurale, fait baisser le taux d'accouchement à domicile à 1%. Ce taux reste quasi inchangé à ce jour.

Tout ceci, nous démontre que non, les femmes ne se sont jamais battues pour accoucher à l'hôpital et que si elles ont fait ce choix ce n'est pas parce que l'accouchement à domicile était risqué mais pour d'autres raisons plus "pratiques" comme le remboursement par la sécurité social, l'accès à la péridurale, et que grâce à l’asepsie l'hôpital n'était plus dangereux.


L'accouchement a domicile est-il dangereux ?

Et bien NON pas du tout !!!

De nombreuses études ont démontrés que l'accouchement à domicile est tout aussi sécuritaire que l'accouchement en structure si on respecte les critères qui le permettent. (Voir paragraphes sur les conditions). Ces études ont même montrés des taux d'intervention (ventouse, forceps, césarienne, épisiotomie...) bien plus faible qu'en structure médicale.

Vous pouvez d'ailleurs retrouver en bas de page les 2 derniers rapports sur l'AAD en France réalisé par l'APAAD (Association Professionnelle de l'Accouchement Accompagné à Domicile) qui depuis 2 ans fait un travail formidable pour recueillir et analyser les résultats obtenus.

En outre, on observe que dans de nombreux pays voisins (Grande-Bretagne, Suisse, Pays-Bas, Danemark...), l'AAD fait partie intégrante des propositions faites aux femmes dans leur choix d'accouchement et que leurs statistiques en terme de mortalité périnatal sont bien meilleurs que les nôtres.


Quels sont les conditions pour accoucher chez soi ?

Pour pouvoir accoucher chez soi, il font remplir certaines conditions :

- Avoir une grossesse dit "à bas risque"et aucun antécédent médical (césarienne, hémorragie)

- Bénéficier d'un suivi médical (souvent en accompagnement global avec la sage femme AAD)

- N'avoir aucune pathologie (Diabète gestationnel, hypertension, placenta prævia, anémie, etc...)

- Avoir une grossesse monofœtale

- Bébé en présentation céphalique (pas de siège)

- Avoir un travail spontané entre 37 et 42 semaines d'aménorrhée

- Habiter proche d'une maternité (selon appréciation de la sage-femme)


Quels sont les avantages ?

Ils sont assez nombreux mais surtout personnel mais voici déjà quelques indices :

- Tu seras chez TOI dans TA maison, dans TON intimité

- Une fois que le travail aura démarré, tu n'auras pas à partir à la maternité en emportant 2 énormes valises...

- Tu n'auras pas le stress du trajet en voiture, de la route avec ses aléas (bouchons, conditions météo, temps de trajet, etc...)

- Tu seras libre d'aller et de venir comme bon te semble chez toi. C'est aussi valable pour ton accompagnant(e)

- Tu pourras manger, boire, dormir

- Tu pourras prendre une douche ou un bain (même 2 ou 3 si tu en as envie !!!)

- Tu auras UNE sage femme juste pour toi

- Tu ne seras pas soumise à un protocole médical (pas de poussée dirigée, pas d'hormones de synthèse)

- Tu sera moins sujette à subir une intervention médical (épisiotomie, ventouse, forceps, délivrance dirigée)

- Tu ne seras pas séparée de tes autres enfants (si tu en as déjà bien sur)

- Tu pourras crier, gémir, hurler si tu en ressens le besoin sans que personne ne viennes te dire de faire moins de bruit !!!

- Tu pourras choisir ta position d'accouchement

- Une fois bébé dans tes bras, tu pourras te reposer et dormir dans TON lit.


Quels sont les inconvénients ?

Ils sont peu nombreux mais ils existent et doivent être pris en considération :

- Tu ne pourras pas bénéficier de la péridurale

- Tu auras peut être besoin d'être transférée à la maternité, il faut s'y préparer.

- Si tu as des enfants, il faudra peut être prévoir quelqu'un pour s'en occuper si tu en ressens le besoin (grands-parents, amis, voisins, doula)


De quoi ai-je besoin pour accoucher chez moi ?

Alors sur le plan matériel... Pas grand chose.

Souvent la sage femme qui sera présente le jour de ton accouchement te fera une liste de chose à avoir. Ça se résume souvent à :

- 1 ou 2 bâches pour protéger le lit ou le canapé

- Des alèses jetables

- Une bassine (pas pour l'eau chaude hein... lol pour mettre le placenta)

- De l'huile de massage

- De l'homéopathie à prendre avant/pendant et après le travail.


Après en fonction de tes envies tu peux avoir :

- Un ballon

- Une piscine d'accouchement

- Des liens pour te suspendre

- Une playlist musicale

- Diffuser une odeur que tu aimes

- Des photos qui t'aide à te sentir bien


Ensuite sur le plan physique :

Il y a certaines choses qui pourront faciliter ton travail à la maison :

(ses recommandations sont aussi valables pour d'autres lieux d'accouchement mais ils sont quelques fois plus difficiles à mettre en place)

- de la chaleur... Une femme qui accouche a besoin d'avoir chaud. Lorsque l'on a froid on secrète de l'adrénaline (hormone du stress) qui stoppe la production d'ocytocine (hormone qui produit les contractions aussi appelé hormone de l'amour et de l'attachement)

Idéalement 25°C... alors n'hésites pas à pousser le chauffage !!!

- de l'obscurité... on a découvert que l'utérus est doté de récepteurs sensible à la mélatonine (hormone qui favorise le sommeil que notre corps sécrète le soir et la nuit) et qu'il existe une synergie bénéfique entre ocytocine et mélatonine. Donc éteint les lumières, ferme les volets si c'est le jour et éclaire toi à la bougie...

- de la sécurité... Nous sommes des mammifères, pour pouvoir accoucher facilement, on doit se sentir en sécurité. La présence d'une sage-femme expérimentée y contribue grandement mais le fait d'être dans NOTRE environnement, notre maison que nous connaissons, dans laquelle nous nous sentons bien, dans laquelle nous pouvons aller et venir librement, dans laquelle nous pouvons nous laisser aller sans avoir peur qu'un inconnu passe la porte et entre sans en avoir été invité... tout cela est essentiel !!!

- du calme... tu dois être entouré de personne calme, sereine et pas angoissé. L'adrénaline se transmet sans même parlé, si tu te trouves à côté d'une personne stressé même si tu n'es l'es pas toi-même ton taux d'adrénaline va augmenter et donc stopper la production d'ocytocine.

- de soutien... c'est une des choses primordiale dans tous les accouchements. Si quelqu'un dans la pièce doute, il finira par te faire douter toi aussi. Inversement au moment où toi tu douteras si quelqu'un crois fort en toi il te redonnera du courage et de la force pour continuer...


Quels sont les difficultés que je peux rencontrer ?

La première grande difficulté est de trouver une sage-femme AAD....

En effet, elles sont très peu à encore pratiqué l'AAD.

En 2019, elles sont moins de 70 (65 exactement selon le rapport de l'APAAD)

65... sur 27 425 sages-femmes référencées par le Conseil National de l'ordre des sages-femmes.

Oui c'est très peu.... d'autant plus que la répartition n'est pas toujours homogène et certains départements (voir régions) n'ont tout simplement pas de sage-femme AAD.

Une autre difficulté peut aussi apparaître... C'est celle de légitimer ton choix vis à vis des autres... famille, amis, personnel médical. Certaines personnes sont convaincus que l'accouchement est un acte dangereux et peuvent trouver ta décision complètement folle et t'amener à douter de toi-même.

Donc protège-toi, n'en parle pas si tu n'en ressens pas le besoin et ne t'épuises pas à tenter de convaincre les gens si tu sens qu'ils sont trop entêtés.


Dois-je m’inscrire dans une maternité ?

Alors la réponse est souvent à l'appréciation de la sage-femme qui te suit.

Pour certaines c'est une condition qu'elles posent dans le suivi, pour d'autres c'est une recommandation et encore pour d'autres c'est votre choix.

Certaines préfèrent qu'un dossier soit monté dans la maternité la plus proche pour qu'en cas de transfère ou d'urgence ils aient déjà tous les éléments pour réagir le plus rapidement possible.


Quels est le coût d'un AAD ?

Alors c'est une question pour laquelle il est assez difficile de répondre car cela peut varier d'une région à une autre et d'une sage-femme à une autre. L'acte d'accouchement est remboursé directement à la sage-femme environ 300€ par la sécurité sociale, ce qui est bien sur pas assez pour couvrir son temps de présence (qui peut facilement dépasser 12h) et tous ces frais annexes (déplacement, matériel, etc...)

La sage-femme applique donc un dépassement d'honoraire qui peut aller de 300€ à 1500€.

C'est donc une chose à prendre en compte en amont et se renseigner auprès de sa mutuelle car certaines prennent en charge une partie voir la totalité du dépassement d'honoraire.


Alors Pourquoi faire ce choix ?

Ben pourquoi pas ???

Parce que c'est une possibilité qui certes en France n'est pas très répandu ou encouragé mais elle existe et c'est bien de le savoir.


Et puis ce qu'il faut surtout avoir en tête c'est que rien n'est figé !!!

Même si tu prévois un AAD, il se peut que pendant ton travail ou une fois ton bébé né, ta sage-femme te conseille un transfère en maternité. Il se peux aussi que pendant ton travail tu souhaites aller à la maternité car tu en ressens le besoin ou parce que tu souhaites la péridurale et c'est OK.

Tu as le droit de changer d'avis...


Bon j'espère avoir répondu à toutes les questions que tu pouvais te poser sur l'AAD...

Mais si besoin n'hésites pas à me poser tes questions en commentaires...




RAPPORT-2020-CONSOLIDE
.pdf
Télécharger PDF • 1.52MB

Le rapport AAD 2021 sur données 2020
.pdf
Télécharger PDF • 1.78MB

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page