top of page

Pourquoi avons-nous peur d'accoucher ?

Même si certaines femmes ont une réelle phobie de l'accouchement (appelé "tocophobie"), on retrouve chez la majorité des femmes une angoisse plus ou moins forte à l'idée de mettre au monde son bébé. Mais d'où vient cette peur ? Pourquoi à notre époque avons-nous encore peur d'accouchement ? Et comment faire en sorte de calmer cette peur ?


D'où nous vient cette peur de l'accouchement ?

Comme je le mentionnais en introduction certaines femmes (entre 2.5 et 14% selon certaines études et jusqu'à 22% chez d'autres) sont atteintes de "tocophobie". La tocophobie est la peur de l'accouchement, il existe 2 types de tocophobie :

- la tocophobie primaire s'observe chez les femmes n'ayant pas encore accoucher (nullipares), elle provient en générale d'expériences traumatisantes issues de leur passé (sévices sexuels, viol ,inceste, histoires ou visions d'accouchements traumatisants)

- la tocophobie secondaire, celle-ci s'observe chez les femmes ayant déjà vécu un accouchement traumatisant et qui provoque chez elles une peur de donner naissance à nouveau.


Mais les autres femmes, les environ 80% restantes... Pourquoi ? Pourquoi certaines appréhendent l'accouchement ? Je vais essayer de décortiquer et de comprendre les différentes raisons de nos peurs :


La peur de mourir : Oui malgré notre société moderne et notre médecine "hautement qualifiée" dans l'inconscient collectif "accoucher = risque de mort" !!! Mais pourquoi ? Pourquoi alors que grâce à l'hygiène, à la bonne santé des femmes et à l'avancée de l'obstétrique d'aujourd'hui, nous avons toujours cette peur en nous ? Ben parce que simplement on nous le rappelle sans cesse !!!! Combien de films ou de séries avons-nous vu, où on se retrouve avec un scénario de femme morte en couche ou de femme ayant frôlée la mort en accouchant, où d'accouchement virant au drame en quelques secondes... Qui n'a pas déjà entendu, une tante, une voisine, une amie (ou la tante de la voisine d'une amie... ça marche aussi) ayant failli mourir en donnant naissance à son enfant...

Combien de médecin, gynécologue ou autre personnel médical vous fait ressentir cette peur lors du suivi de grossesse, soit par un excès d'examen médical soit par un transfert de sa propre peur de l'accouchement virant au drame !!!

Il serait peut être temps de faire changer les mentalités en montrant aux femmes que NON accoucher n'est pas synonyme de mort. Oui le risque existe et il ne faut pas le nier mais comme dans tous les actes de notre vie quotidienne...


La peur de la douleur :

Depuis plus de 2 millénaires, nos filles sont élevées sous la culture judéo-chrétienne et la malédiction divine du "Tu enfanteras dans la douleur"

Cette malédiction nous poursuit et à marquer notre inconscient collectif.

Accouchement = extrême douleur....

Lors d'un accouchement la douleur n'est pas inutile, au contraire elle est cruciale. Si nous ne ressentions pas la douleur nous pourrions accoucher n'importe où sans s'en rendre compte. Si on accepte cette douleur comme une information que notre corps nous donne pour nous dire que notre bébé arrive et si on arrête de la combattre celle-ci devient plus acceptable.

Mais est-ce obligatoire de souffrir ? Est-ce que toutes les femmes souffrent ?

La réponse est NON !!!

Certaines femmes ne ressentent pas de douleur pendant leur accouchement, tout au plus une gêne mais rien de traumatisant.

Certaines femmes connaissent même des naissances orgasmiques, où elles ressentent un plaisir intense allant même jusqu'à l'orgasme. Alors pourquoi certaines souffrent et d'autres non ?

D'abord il faut savoir que nous ne sommes pas toutes égales face à la douleur, certaines ont un seuil de tolérance plus élevé que d'autres.

Mais alors pourquoi des femmes dites "douillette" dans la vie se retrouve le jour de leur accouchement à ne ressentir aucune douleur quand d'autres soit disant plus "endurcie" vont ressentir une douleur intense ???

Non ne savons pas encore pourquoi certaines ressentent moins de douleur que d'autres mais certaines études ont démontrés que certaines choses pouvaient avoir un rôle :

- La préparation :

Notre plus grande force face à la douleur est la connaissance.

Quand je parle de préparation, je ne parle pas des cours basiques de préparation dispensés dans la plupart des maternité où on parle un peu de tout mais surtout de rien... Une bonne préparation est celle qui va vous faire découvrir exactement ce qui se passe dans votre corps lors d'un accouchement (les modifications corporels, les modifications psychiques, les hormones etc...). Connaître toutes les phases de l'accouchement pour ne pas en avoir peur est essentiel.

En effet pour qu'un accouchement se passe bien, notre cerveau sécrète 2 hormones :

- l'Ocytocine : qui va agir sur l'utérus en créant les contractions

- l'Endorphine : qui va agir comme anti-douleur naturel

Si vous ne savez ce qu'il se passe dans votre corps et que la peur vous envahit votre cerveau va secréter de l'adrénaline. Cette hormone est antagoniste aux 2 précédentes et cela risque d'une part de ralentir votre travail et donc d'avoir un accouchement plus long (manque d'ocytocine) et d'autre part de la rendre plus douloureux (manque d'endorphine)

Une bonne préparation est donc essentielle pour dompter sa peur et éviter de basculer dans la souffrance.

- l'accompagnement :

De nombreuses études ont démontrés le rôle primordial de l'accompagnement et du soutien lors d'un accouchement .

Un soutien sans faille de son/sa partenaire et de l'équipe médical est indispensable pour la gestion de la douleur.

Beaucoup de femmes explique que pendant les contractions, la seule présence de leur partenaire, d'une sage-femme ou d'une doula rendait les contractions beaucoup moins douloureuses que lorsqu'elle était seule.


Comment calmer cette peur ?

Maintenant que nous savons à peu près d'où vient cette peur, que peut-on faire pour la contrôler et se sentir plus en confiance ?

Bien sur si vous êtes atteint de "tocophobie", un vrai suivi psychologique sera la meilleure solution mais dans le cas contraire que faire ?

1- S'informer :

Savoir et comprendre son corps permet de ne pas être surprise le jour J si un événement ne se passe pas comme on se l'imagine. Notre vision de l'accouchement est biaisé par toutes ces images que nous recevons : Une femme est enceinte, tout va bien, d'un coup la poche des eaux explose et en quelques secondes les contractions deviennent insupportables, tout le monde s'agite, panique, on l'emmène à la maternité, la femme hurle de douleur, le personnel soignant arrive en catastrophe et quelques secondes après la femme se voit dans l'obligation de pousser comme une folle car un problème se profile...

Attention information importante : Ça ne se passe pas comme ça !!!! Enfin pas dans 99.9% des cas...

Connaître la physiologie de notre corps et de l'accouchement ainsi que tous les scénarios possible est essentiel pour être sereine le jour J

Mais s'informer ne s'arrête pas là... Etre informé sur ses droits permet de pouvoir gérer des situations difficiles plus facilement et ne pas se soumettre aux exigences du corps médical sans en comprendre la balance bénéfices/risques.

2- Se faire accompagner :

Quand je parle d'accompagnement, je parle bien évidemment du partenaire mais pas que... Se faire accompagner pendant sa grossesse par du personnel soignant bienveillant et à l'écoute qui prendra le temps de nous écouter et de répondre à tes questions est également essentiel.

Se faire accompagner par quelqu'un qui te soutien dans tes choix sans porter de jugement ou de doute.

3- S'entourer d'ondes positives :

Comme je le disais un peu plus haut, dès qu'une femme est enceinte elle se voit soumise à tous les récits de naissances catastrophes de la part de son entourage (famille, amis, voisins, personnel médical, etc...) Rare sont les cas où elle va avoir connaissance d'un accouchement qui s'est très bien passé... Ben oui on ne raconte pas les histoires où il ne se passe rien, ça n'a aucun intérêt !!!! On préfère le drame et l'adrénaline... Hors une femme n'a pas besoin d'adrénaline mais d'ocytocine...

Donc mon conseil est de dire STOP à toutes ces personnes qui veulent te raconter leurs scénarios catastrophes...

Entoure toi de récits positifs, de naissances qui se passent en douceur où de récits de naissances orgasmiques.

4- Se faire confiance :

Ai confiance en toi, ton corps sait faire. Il a su porter et fabriquer un bébé pendant 9 mois, il sait comment le faire naître.

5- Avoir confiance en son bébé :

En plus d'avoir confiance en toi, tu dois aussi avoir confiance en ton bébé. Un accouchement se fait en duo (maman/bébé). Les bébés ont la sagesse pour naître, ils savent instinctivement quoi faire si on leur en laisse la possibilité


J'espère que cet article t'aidera à mieux comprendre et apprivoiser ta peur. (si bien sur tu en ressens)


Et toi tu avais peur d'accoucher ?





Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page